Écrire pour comprendre et… pardonner?

On a beau être préparé, se dire qu’il va y avoir des moments moins faciles dans notre vie, lorsqu’une situation survient, il arrive que nous devions la gérer « comme on peut ».
Parfois, les conséquences de cette gestion sont déplaisantes et nous nous en voulons.
« Mince, j’aurais pas du faire ça ou dire ça… Pourquoi j’ai fait ça… ? ».

A l’incompréhension s’ajoute la culpabilité. « J’aurais du…, j’aurais pu… ».
Si un événement prend tant d’ampleur qu’il nous empêche d’avancer de peur de faire d’autres « bêtises », s’il nous empêche de s’endormir ou nous réveille en pleine nuit, s’il a des conséquences sur notre façon de nous alimenter (« je mange pour oublier, j’ai un nœud dans l’estomac alors je n’arrive pas à manger, j’ai de l’acidité, des ballonnements,… »), il peut s’avérer utile et bénéfique de s’arrêter un moment sur celui-ci.
Sans forcément partir sur des considérations « psychanalytiques », il vous est loisible d’analyser votre événement au travers de l’écriture.
Le simple fait de relater des faits, de manière objective, sans émotion aucune, à la manière d’un journaliste, permet de prendre une première distance par rapport à l’événement.
Le fait des les écrire et donc de faire passer ceux-ci de votre tête à un bout de papier permet de prendre une deuxième distance.
Ce qui est magique avec l’écriture, c’est qu’ensuite, vous pouvez réécrire les événements tels que vos auriez aimé qu’ils se produisent et d’envisager les conséquences possibles de ce choix, selon un angle de vue différent.
Qu’est-ce que cela aurait changé ? Par rapport à ma perception de moi-même, des autres, dans mon environnement, mes relations, mes compétences,…
Il se peut même que le choix que vous ayez fait à l’époque ne soit pas si mauvais en fin de compte. Ou que vous ayez la possibilité de « réparer ».
Qui sait ? 😉
Changer le passé est impossible, vous avez cependant une action à mener sur la perception que vous avez des événements.
Belle journée.
Nicky
0